FANDOM


La tribu des Crocs d’ArgentsModifier

Si les tribus devaient être résumées en un mot, si les fenrirs seraient considérés comme la force, les crocs d’argent seraient la majesté. Issus des lignées des plus grands héros de la nation garou à travers toute son histoire, légitimes dépositaires du droit de direction des champions de Gaïa, les crocs d’argent inspirent les héros et placent la crainte parmi les ennemis de la grande mère.

Chefs parmi une nation de guerriers sauvages, ils mènent leurs troupes en première ligne, menant par l’exemple et l’inspiration, irradiant de la lueur de Luna et d’hélios lorsqu’ils déchaînent sur les ennemis de la vie la colère primale de Gaïa. Les crocs d’argents se doivent de porter sur leurs épaules le poids du commandement, autant qu’ils portent la gloire et l’honneur d’être de la descendance directe de ceux qui ont portés le destin de la nation tout au long de l’histoire.

Alors que les humains ignoraient encore ce qu’était les princes et princesses, les plus nobles des loups au pelage aussi blanc que le premier Loup dominaient déjà sur une société de prédateurs. Les princes et rois qui naquirent des civilisations humaines ne furent alors que les parents des nobles garous, de simples exécutants des véritables rois du monde. Le regard porté sur les crocs est un regard porté sur tout l’héroïsme d’une nation de héros, une allégorie vivante aux espoirs en la survie de Gaïa.

Cependant, si le passé des crocs d’argent est emplit d’une noblesse et d’une gloire que nul ne peut contester, l’ennemi semble s’être décidé à faire tomber avec acharnement les dirigeants naturels des garous. L’une après l’autre, les maisons souffrent de désastres, agressions, scandales. Depuis bien longtemps, le territoire principal des crocs, la Russie, était bloquée du reste du monde pour les créatures surnaturelles, ce qui a obligé la tribu a rester à l’écart de la scène mondiale, hormis pour les maisons déjà extérieures au territoire principal. Au fur et à mesure, le scepticisme a grandit dans le cœur de ceux qui commençaient à douter. Le droit à diriger des crocs d’argent commença à être contesté, tandis qu’ils n’étaient pas présents pour défendre leurs positions. Comment croire qu’une tribu ne prenant aucune action contre le ver puisse diriger la nation ? La léthargie aurait-elle eu raison de dirigeants des champions de Gaïa ?

La déchéance frappa une certaine partie de la tribu, qui commençait à sombrer. Leur gloire semblait vouée à disparaître avec eux. Pourtant, récemment, la gloire des crocs d’argents ressurgit. Le roi Albrecht et la destruction de la septième génération, la reine Tvarivitch et la libération de la Russie, le sacrifice du seigneur Arkady pour la destruction de jo’clah’mattric, tant de noms qui résonnent comme un espoir pour ceux qui n’ont pas abandonné leurs allégeances. Les jeunes crocs d’argent portent alors en ces derniers jours un gros poids sur les épaules, celui de récupérer la dévotion que tous portaient à leur tribu, évanouie sous l’effort conjugué du ver et des tribus convoitant le pouvoir, et celui de mener la nation pour une dernière et mémorable victoire dans le combat de l’apocalypse, faisant entendre à nouveau le hurlement de la victoire portée par ceux que Luna choisit autrefois pour être l’exemple.

Terre principale : Russie

IdéologieModifier

Le commandement n’est pas qu’un honneur. C’est avant tout un fardeau, et nul ne le sait plus qu’un croc d’argent. Autrefois, alors que l’homme n’avait pas encore commencé la construction de la moindre petite cité, Luna, la déesse changeante, plaça sur les épaules des plus valeureux le poids de devoir diriger les garous. Elle a choisit parmi les plus dignes et les plus honorables, parmi ceux qui avaient été les plus prompts et les plus efficaces à suivre les ordres donnés par les deux sœurs déesses, et les irradia de sa lueur. Eux et leurs descendants devraient alors mener les garous, portant la voix de celle qui donne à tous la rage primale, reconnaissable par la lueur argenté de leur pelage bénit par Luna.

Bien que nombreuses ‘écoles’ de commandements existent à l’heure actuelle, les principales, et le noyau même de la façon de diriger des crocs d’argent est en rapport étroit avec la nature même des garous : domination, force. Quelle que soit la texture du gant, la main sera toujours de fer, simplement parce qu’il ne peut en être autrement lorsque les soldats que l’on dirige sont de véritables bêtes de guerres. C’est entre autre la raison pour laquelle les dirigeants crocs d’argents sont la plupart du temps des ahrouns : parce que nuls autres qu’eux ne seront en mesure de maintenir un pouvoir fort.

Les autres tribus, de nos jours, contestent le pouvoir croc d’argent, certains ne sont pas même au courant de la présence des rois et des maisons, mais quelle que soit l’opinion générale, le croc d’argent sait qu’il se doit au commandement, non parce qu’il le veut, mais parce qu’il le doit. C’est son devoir, un devoir de droit divin (car comment parler autrement de Luna et Hélios) qu’il n’ont pas le droit de refuser. Tel est le destin de la tribu. Même si l’opposition des autres tribus peut agacer les jeunes crocs, les plus expérimentés se rendent compte qu’il n’est là finalement qu’un apport à leur pouvoir, car en le contestant, ces réfractaires donnent une occasion de le renforcer, par l’écrasement de la rébellion, témoignant de la force du chef.

Cela étant, que l’on ne s’y trompe pas. Les crocs d’argent, contrairement à ce que pensent la plupart, ne sont pas des tyrans par simple nature. Ils sont des garous conscient du rôle difficile qui les attends, et cherchent simplement la meilleure façon de mener les garous au combat de la meilleure façon qui soit pour eux. Et par la nature garous, seul un chef fort peut y parvenir. La force n’est pas autre chose qu’un moyen, qui s’avère nécessaire pour assurer leur rôle, n’en déplaise aux plus utopistes. Comme les fenrirs, les crocs d’argent souffrent d’un manque de communication. La plupart du temps, ils n’expliquent pas leur rôle, leurs buts, et ce pour plusieurs raisons : la première est qu’il faut être éduqué comme un chef pour comprendre réellement tous les impératifs du commandement. Tous ne comprendraient donc certainement pas. La seconde est que ce temps à expliquer des choses que certains ne voudraient d’ailleurs certainement pas comprendre, serait du temps de perdu qui pourrait être utilisé dans le combat. La dernière, pour la plupart des crocs d’argent, est qu’un chef ne doit pas se mettre à la portée de ceux qu’il dirige. Un chef croc d‘argent est un bloc de roche inextinguible. Il est à la fois celui qui résistera mieux que tous, mais qui de plus pourra supporter tout le monde. Il est le modèle, l’exemple auprès de qui tous auront confiance, détaché qu’il sera et donnant confiance à ses troupes, qui verront en lui l’ennemi du ver par perfection.

Bien que certaines écoles de commandement préconisent autre chose, la majorité des crocs suivant les autres écoles estiment que si un chef se trouve être ‘l’ami’, ses subordonnées seront parfois tentés de contester ses ordres à des moments où cela s’avèrerait être dangereux. En se posant tel le tyran sans concession, le chef empêche alors toute possibilité de ce genre d’erreur. Non qu’ils se créent réellement toujours cette barrière par pur élitisme, simplement c’est une protection qu’ils se sentent obligé d’instaurer pour que la nation qu’ils dirigent ne soit pas handicapée par un manque de synergie de groupe. Etre un chef croc d’argent, c’est être un garou seul parmi les autres, c’est porter le fardeau du commandement, celui qui fait de celui qui le porte un solitaire dans un groupe. Il ne peut se confier, car cela l’affaiblirait dans sa position, et fragiliserait ainsi la chaîne de commandement, handicapant ainsi la nation qui manque déjà à l’heure actuelle de cohésion. Pour cette raison, les crocs se retrouvent souvent entre eux, sachant que leurs pairs seront les seuls à comprendre cet état de fait, pour le subir eux-mêmes, ce qui ne manque pas de les affubler de la réputation d’être des garous élitistes à l’extrême, sans considération de leurs frères garous. Qu’à cela ne tienne, c’est leur fardeau, et ils ont choisit de le porter avec dignité, et leur totem est là pour le rappeler. Ils sont des êtres d’honneur, tel le totem qu’ils suivent et leur interdit le déshonneur.

L’une des choses qui ne manque évidemment pas de leur apporter mauvaise réputation, est également leur habitude conservée depuis des millénaires à ne se reproduire que parmi la noblesse des peuples qu’ils ont intégrés. Les sang bleu, comme ils sont parfois nommés, ont effectivement de tout temps cherché descendance parmi la noblesse, s’interdisant la reproduction avec ceux nés de rien. Ceci est une chose réelle, mais la raison avancée par les détracteurs est quand à elle bien erronée. Non pas que les crocs se reproduisent avec la noblesse, parfois soi disant familiale, pour conserver leur sang pur. Si c’est parfois vrai, la véritable raison de fond est la nécessité de faire naître les crocs d’argent dans une famille ayant l’éducation qui pourra les aider dans leur futur rôle. Un paysan cultive sa terre en journée, fait l’amour à sa femme le soir s’il a le temps et n’est pas trop fatigué, s’endort, et se réveille le lendemain matin pour refaire la même chose, et ainsi de suite jusque la fin de sa vie sans se préoccuper du reste. Il n’a aucune connaissances relatives à la politique, la géopolitique, la stratégie militaire, l’étiquette, il n’a pas été éduqué pour la noblesse de cœur, les règles qui font d’un homme un noble. Il n’en a aucune connaissance parce que ce sont des choses qui ne lui sont pas utiles, et parce qu’il n’a pas reçu l’éducation pour ce faire. Un noble reçoit cette éducation, parce qu’il en aura le besoin. Il devra appréhender la vie telle qu’elle est, complexe et pleine de nuances. Le noble, lorsqu’il se couchera auprès de sa femme, devra ne pas se contenter de dormir ou autre comme le fait le paysan, mais il devra avant se poser les questions sur la façon de s’assurer qu’il puisse toujours le faire la semaine d’après, sur la façon de s’assurer que son peuple puisse continuer à survivre, sur la façon de se rendre agréable au fief voisin sans se déshonorer soi même. C’est pour cela que les crocs d’argents ont toujours choisit les nobles. Parce qu’humainement, ils reçoivent une éducation propice, et qu’avant leur changement, ils auront déjà en tête les valeurs qui leur seront nécessaires pour leur devoir garous. Les nobles ont toujours eu le poids des responsabilités, le fardeau du commandement. Et c’est quelque chose que les crocs se doivent d’avoir au plus tôt, sous peine de plier sous le poids de leur devoir s’ils devaient tout apprendre en même temps qu’ils apprennent de quoi est réellement constitué le monde.

Cependant, les temps ont changé, et l’éducation, bien que néanmoins relativement réservée à une élite, malgré le mensonge diffusé prônant une éducation égalitaire, en est toutefois plus dispensée à l’heure actuelle, et il n’est de nos jours plus nécessaire de naître de sang noble pour recevoir les connaissances et les acquis nécessaires au futur poids du commandement. Aussi, ces derniers jours, certains crocs d’argent ont commencé à se reproduire parmi la population sans noblesse, cherchant dans tous les milieux les individus aux vertus morales suffisantes pour fournir une bonne éducation.

Néanmoins, même si les crocs semblent se diversifier quand à leur stock de reproduction, ils n’en sont pas dupes pour autant, et restent d’ailleurs toujours consternés de voir que le monde puisse à ce point l’être. Ils sont bien saisit le fait que même si la noblesse n’est plus dans le nom, elle s’est néanmoins diffusée par les richesses. En effet, si lors de la révolution française et ce qui s’en est suivit, les nobles connurent pour beaucoup une mort radicale, certains parvinrent soit à expatrier leurs richesses, soit à profiter du mouvement révolutionnaire et manipuler dans leur sens le mouvement, soit profiter du mouvement pour augmenter encore leurs richesses. Et de nos jours encore, certains emplois sont réservés aux sorties des grandes écoles, grandes écoles qui nécessitent une richesse suffisante pour intégrer. Finalement, la révolution qui fut si meurtrière pour la tribu des crocs d’argent n’avait pas vraiment changé les choses dans le monde, simplement modifié la façon dont elles étaient perçues. Les pauvres étaient toujours aussi pauvres, et les riches toujours aussi riches, simplement cet état de fait était mieux dissimulé. Et ainsi naquit un système que les crocs d’argent exècrent autant qu’ils le trouvent pitoyable, la sacro sainte démocratie. L’idée fournit au peuple qu’il peut choisir ses représentants, à partir d’éléments qu’il pense juste, noyée qu’est la masse dans les vérités que les dirigeants leurs servent par la manipulation des médias. Le nivellement par le bas, l’idée fausse d’égalité entre les individus, qui les poussent à la suffisance, persuadés de ne pas avoir besoin de se surpasser pour exister. Et comme Ce système donne l’illusion de liberté au peuple, le peuple est souvent prêt à se battre pour défendre ce mensonge qui lui est servit. Pathétique pour les crocs, comme l’a toujours été l’humain à ses yeux.

Si les crocs d’argent se trouvent souvent impliqués dans les sociétés humaines, tout comme les marcheurs sur verre, la raison pour laquelle ils s’y trouvent est radicalement différente d’avec leurs pairs. En effet, là où les marcheurs sur verre s’instaure comme les défenseurs de l’humanité, admirant leurs cultures et leur inventivité, les crocs d’argent se doivent au contrôle de l’humanité, car celle-ci, sans maîtres pour les guider, ne fait que commettre des erreurs et des crimes contre Gaïa. Des proies sur le monde de Gaïa, n’ayant trouvé comme solution pour se défendre face aux autres prédateurs que l’utilisation des moyens corrompus et du tisserand. Comme il est du rôle des garous de protéger et d’enseigner l’humain, les crocs ont depuis toujours été dans leurs cités, afin de les maîtriser par l’intérieur, se reproduisant depuis l’aube de l’humanité parmi les alphas des hommes, afin de contrôler leurs chefs par les lois du sang.

L’histoire, les crocs la connaissent, car ils ont depuis bien longtemps prit l’habitude de tout noter. Pragmatiques, ils rendent les choses raisonnées, élèvent des grimoires complets de généalogies, de lois, de traités de commandement, de stratégies, et lorsque ces ouvrages ne suffisent pas à porter certaines informations devant rester libre du motif du tisserand, c’est auprès de leurs ancêtres qu’ils vont chercher les réponses. C’est ainsi qu’ils savent plus que tout autre que l’histoire retient bien plus les défaites que les victoires. Autrefois l’impergium, que quasiment toutes les tribus désiraient, fut prononcé par les crocs. Et une fois qu’il fut achevé, les tribus pointèrent du doigt les crocs d’argent en les accusant d’une horreur qu’ils avaient également désirés, et à laquelle ils avaient ardemment participés mais dont il se défendaient bien après le résultat. Les enfants de Gaïa allèrent même jusqu’à s’attribuer le fait d’être à l’origine de la fin de l’impergium, alors que les crocs et les esprits se rappellent la façon dont ce fut achevé, par la convocation des puissants incarnas. Puis ce fut au tour de la guerre de la rage, prononcée par les crocs, arrangeant la majorité des tribus, qui encore une fois s’en dédirent bien après que l’on se soit aperçut de la catastrophe que cela fut. Et ainsi chaque potentielle erreur est pointée du doigt, et les victoires sont plus souvent oubliées. Il est facile de critiquer l’histoire passée, en tant qu’individu d’un temps futur. Mais prendre les décisions sur le moment présent, en fonction des circonstances, est une chose bien plus dure. Cependant, les crocs savent qu’ils ne pourront pas faire changer ces mauvaises habitudes aux autres tribus, alors là encore, ils font ce qu’ils ont à faire, sans s’occuper des pleurnichards.

Dernièrement, la tribu subit un schisme, qui s’il n’est pas clairement marqué par des frontières probantes, n’en est pas moins existant. D’un coté, les vieux crocs semblent ne plus apporter de réels espoirs pour la tribu. Ils sont pour certains ignorants de la façon dont la tribu perd de son prestige, pour d’autres craintifs de ce qui risque d’arriver sous peu, la perte de leur commandement, et se masquent la situation en se la dissimulant, et pour finir, certains se rendent compte de la réalité, et sombrent dans cette maladie garou dont les crocs sont les plus nombreux à en souffrir, l’Harano. Pour la quasi totalité de ces vieux crocs d’argents, le monde moderne leur est étranger. Cherchant plus que tout à se raccrocher à ce qu’ils connaissent pour ne pas sombrer, ils conservent leurs traditions séculaires, pour continuer à se retrouver, exister par leur glorieux passé. Et à coté de ça, les jeunes crocs d’argent, nés avec le nouveau monde qui est celui de ces trente dernières années, comprennent les nouvelles lois. Bien plus en mesure de s’intégrer aux pensées des hommes, si leur convictions restent les convictions tribales, ils sont conscient de la situation difficile de la tribu dans la nation, et plutôt que scander leur passé à qui veut l’entendre, ils s’efforcent d’eux-mêmes de prouver leur valeur, pour faire retrouver le prestige tribal. Ils ne cherchent pas à se servir du glorieux prestige ancestral, car s’ils en sont fiers, ils savent que de nos jours, à l’heure de l’apocalypse, les garous n’auront pas besoin de souvenirs, mais bien de chefs valeureux et brillants sur le moment présent, des chefs qu’ils pourront voir et à qui ils pourront parler. Il est temps pour ces jeunes crocs d’argents, sur les épaules de qui un très gros poids pèse, de montrer au monde que la tribu des crocs d’argent est de nouveau prête à assumer son rôle et accomplir son devoir.

HiérarchieModifier

La hiérarchie chez les crocs d’argent est quelque chose de fixe, une structure figée et dotée d’une organisation particulièrement rigide. Maisons, dirigées par des rois, loges, dirigées par des shamans, et ainsi de suite jusqu’au croc à la base de l’échelle, qui même pour ceux là, possèdent des titres, dont certains ne sont propres qu’à un sept. Il n’y a évidemment pour cette tribu aucune possibilité à la contestation libre et dénuée d’une raison réellement importante. Le seul moyen de prendre l’aval sur un supérieur est par un défit, dans les règles, car le fort doit dominer.

Le sexe n’a pas d’importance réelle pour désigner les chefs, car si le système en lui même est de type patriarcal, si le chef possède les qualités requises, alors le sexe n’a aucune réelle incidence. Pour preuve, la reine Tvarivitch, rang 6 et dirigeante de la maison de la lune croissante. L’insubordination est de fait sévèrement réprimandée, bien que très peu vue parmi la tribu des chefs. Les crocs d’argents sont une tribu d’honneur, et il est déshonorable de contester ses chefs, car être honorable, c’est aussi savoir où est sa place et s’y tenir, et il très orgueilleux de s’imaginer savoir mieux qu’eux ce qu’ils ont à faire. Aussi il est rare de voir un croc jouer de l’insubordination, hormis lorsqu’il y a une réelle raison, auquel cas cela se présente sous la forme d’un défi officiel.

La triade vue par la tribuModifier

· Le tisserandModifier

Le tisserand est celui qui autrefois, condamna les change formes à conserver leur forme humaine, les empêchant de reprendre leur forme de Loup, parce qu’il était jaloux de leur tâche confiée par Gaïa d’éducation des humains, les enfants ratés de la grande mère. Le tisserand est jaloux du pouvoir de création de Gaïa, et il nous hais parce que nous sommes ses champions. Il cherche à s’approprier l’humain, à s’approprier la création de la mère en la calcifiant à sa façon. Mais les crocs d’argents sont là pour s’assurer à ce que cela n’arrive pas.

· Le sauvageModifier

Malgré leurs codes rigides, leur inflexibilité et leur sens poussé de la tradition, les crocs d’argent savent, et revendiquent, qu’ils sont essentiellement les enfants du sauvage. Ils ne parcourent les cités que par obligation, et n’en sont pas particulièrement heureux. Le sauvage représente les terres pures, mais également la possibilité constante, l’éternel changement, comme le sont les chefs des maisons, régulièrement remplacés. Des trois parties de la triade, le sauvage reste pur par rapport à son rôle premier qu’il remplit encore.

· Le verModifier

Le ver est l’ennemi du monde, de la création. Il est la force de corruption, celui qui rend néfaste l’œuvre nécessaire du tisserand. C’est l’ennemi premier des garous, parce que c’est l’ennemi de la vie. Tant qu’un croc d’argent sera en vie, le ver ne pourra œuvrer en paix, car les chefs de la nation sont bien décidés à mener leur troupes face au ver jusqu’à leur dernier souffle.

Les camps de la tribuModifier

Les crocs d’argent possèdent également parmi eux des différences d’opinions ou de méthodes, et les individus se regroupent donc en camp, comme dans les autres tribus. Cependant, cette idée paraît aberrante à de nombreux crocs, et si les factions sont forgées par les opinions partagées, l’existence de ces camps n’est pas dévoilées aux autres tribus, car la tribu des dirigeants ne peut dévoiler aucune dissension interne. Les crocs fournissent une image unie face à ceux qu’ils dirigent, et jamais l’affiliation à un camp ne sera dévoilée à un non croc d’argent.

· Le RenouveauModifier

Ce camp est moins une affiliation sociale, qu’une philosophie politique. Ses partisans estiment qu’il est temps pour les crocs d’argent de changer le fond de leur méthode ainsi que les pensées, devant plus agir avec l’intelligence du présent qu’avec la sagesse passée. Selon les membres du renouveau, les rites, cérémonies, et autres traditions puristes doivent laisser place à l’intégration au monde moderne, à ses coutumes et à son environnement.

Bien évidemment, c’est aux états unis que ce camp trouve le plus d’adeptes, toujours relativement peu représenté au sein de la mentalité conservatrice Européenne. Cela étant, beaucoup s’accordent à dire que ces idées ne sont réellement applicables que si elles sont le sont par un roi sage et avisé, qui saura pondérer le dynamisme actuel pour le rendre compatible avec le minimum de traditionalisme requis, ne serait-ce que dans la nation elle-même.

· Les RoyalistesModifier

Les royalistes sont basés sur le même principe que le renouveau, tournés vers une philosophie politique plus que sur une base d’affiliation sociale. La différence entre les deux est que les royalistes, à l’inverse des membres du renouveau, estiment que les traditions du passé permettent d’avoir réponse à tous les problèmes, et que par la même, celui qui suit correctement toutes les traditions et les savoirs provenant du passé n’aura pas le besoin de s’adapter au monde moderne.

Les moins traditionalistes accusent ce camp de ne rechercher que le pouvoir, alors que finalement, il s’agit d’une idée reçue interne à la tribu, puisque les royalistes ne sont quasiment jamais les rois, mais souvent leurs conseillers, ceux qui s’assurent que les rois, quel que soit leur temps de règne, n’oublient pas l’honneur du glorieux passé, et les esprits ancêtres qui en sont les témoins. Tandis que le camp du renouveau met en avant la valeur de l’adaptation et de l’évolutivité, les royalistes mettent leur priorité sur le traditionalisme et la rigidité.

· La Confrérie d'IvoireModifier

Ils sont les gardiens du secret de la mort. Autrefois, le Premier Loup a acquis ce secret de Gaïa elle-même, lorsqu’il la sauva du sous monde. Nul autre que les membres de cette confrérie ne connaît ce secret, dont les détenteurs en ont une responsabilité grave : le conserver à l’abri de ceux qui ne méritent pas son acquisition. Il est dit que les membres de ce camp peuvent voyager dans le monde des morts, même si la plupart des crocs n’apprécient pas ces contacts avec l’outre tombe. Pas d’esprit ancêtres là bas. Ces morts ne sont pas les nôtres, et nous n’avons rien à y faire. Il est des secrets que l’on ne doit pas découvrir, des chemins que nous ne devons pas arpenter. Malgré tout, ce camp semble arpenter celui du monde des morts avec quiétude.

Ses membres possèdent une aura de quiétude calme, se vêtissent toujours de tenues entièrement blanche, la couleur de la mort, parcourues de glyphes d’argent mortuaires de toutes les cultures. La reine Tvarivitch est elle-même membre de ce camp, et de ce que les chants nous content, elle aurait été absente durant trois lunes, durant lesquelles la reine aurait voyagé dans le monde des morts, et en serait revenue avec une boite de fer et une clé. Ayant interdit qu’elle soit ouverte, c’est elle-même qui l’ouvrit devant le Zmei, lors de la libération de la Russie. Nul ne peut dire ce qu’elle contenait, mais l’on sait que ce quil en sortit permit la destruction du dragon ancestral. Tous s’accordent à dire que les connaissances que la reine blanche a acquis dans l’outre monde lui apportent un grand pouvoir.

· Les Rapaces GrisModifier

Les rapaces gris sont le camp le plus dissimulé de la tribu, avec la confrérie d’ivoire. Si le fait que des camps soient présents dans la tribu est caché, ces deux-ci le sont encore plus. Les rapaces gris agissent suivant le maître mot des lois ancestrales. Comme ces lois indiquent les crocs d’argents comme chefs légitimes de la nation, les rapaces gris chassent ceux qui n’obéissent pas, et les châtient de façon sévères et brutales.

La tribu a tendance à éviter, voir chasser, ces crocs qui agissent de façon punitive pour faire régner les lois de la tribu dirigeante sans pour autant attendre pour cela l’accord de ses rois. Qui plus est, pour ceux qui sont châtiés, la rancœur et la haine naissent souvent au moins autant que la crainte. Si quelques rois ont par endroit laissé faire ce camp, car cela pouvait servir leur pouvoir, la plupart ne tolèrent pas les exactions de ces extrémistes qui font pire que mieux pour le prestige de la tribu.

· Les Maîtres du CachetModifier

Tout comme les rapaces gris, les membres de ce camp dissimulent leur identité, et insinuer qu’un croc en est membre risque fort de provoquer un duel. En effet, ce camp se charge de tâches indignes que tout garou honorable se défend de faire : voler. Les maîtres du cachet ont une profession ignoble, celle de voleurs, et ne peuvent donc obtenir aucun soutien de la part des membres de leur tribu.

Ils volent des secrets aux esprits, aux autres tribus. Les crocs d’argents sont particulièrement intéressés par les secrets, car en tant que chefs, rien ne doit leur être caché. Mais malgré tout, l’honneur passant avant ce désir de tout savoir, les crocs limitent leurs moyens pour l’obtention de ces secrets, ce que ne font pas les membres de ce camp. S’ils ne dévoilent pas leur identité par peur de représailles, ils n’en livrent pas moins ce qu’ils arrivent à savoir par leur vols aux chefs de guerre, Sénéchaux, gardien du seuil, tout membre d’un sept qui aurait une utilité de ces précieux secrets.

Les auspices vues par la tribuModifier

· Ragabash - Sans lunes – Les yeux de FauconModifier

Nos ragabash nous servent comme les yeux du Faucon. Ils cherchent dans les ténèbres là où le besoin de lumière est grand. Ils voient les mouvements là ou tous voient la stase. Bien qu’il est extrêmement rare qu’un garou de cette auspice accède au trône, ils nous servent souvent de sénéchaux, afin de découvrir les déprédations du ver avant que nous n’ayons besoin d’un ahroun pour ce poste.

La tribu des crocs d’argents est celle qui rie le moins. Non que les crocs d’argent n’aimeraient pas rire, simplement le poids qui repose sur leurs épaules les empêche souvent d’avoir le moral pour ce faire. C’est la raison pour laquelle quelques courts possèdent des bouffons officiels, afin de pouvoir rappeler au roi lorsque sa morosité risque de nuire à ses sujets et à leur motivation.

· Théurge - Croissant de lune – Les oreilles de FauconModifier

Nos théurges écoutent les bruits qui nous parviennent du monde des esprits, et déchiffrent après cette écoute les messages que l’on peut en comprendre, plaçant les prophéties et autres signes en provenance de nos alliés spirituels.

Il est vraiment très rare qu’un théurge accède au trône, mais ceux qui l’ont fait ont toujours démontré une sagesse hors du commun, que très peu ont pu comprendre, et très souvent pour ceux qui l’on pu, bien après le règne éclairé de ces chefs étranges. La reine Tvarivitch est une théurge. Les shamans de la loge d’Hélios et de la loge de la lune sont toujours des théurges, et s’arrangent pour que les voix des célestes soient bien entendues dans les courts.

· Philodox - Demi-lune – Les ailes de FauconModifier

Ces philosophes sont tels les ailes de faucon. Ils nous permettent de nous élever suffisamment pour nous éviter de rentrer dans les querelles des autres tribus, ce qui nous permet de nous occuper des choses plus importantes. Là où la plupart voient des conflits, les demi-lunes voient les compromis, et leur conseils sages et réfléchis aident toujours énormément leurs chefs.

Beaucoup de nos rois furent et sont des philodox, car leur façon d’être s’accorde parfaitement avec les impératifs du commandement, et leurs règnes ont toujours été symbole de longévité. Les administrateurs des loges d’Hélios et de la lune sont toujours des philodox.

· Galliard - Lune Gibbeuse – Le bec de FauconModifier

Les galliards nous servent en tant que becs de Faucon, hurlant l’honneur dans le monde entier. Lorsque le noble rapace hurle dans les cieux, nul être vivant ne peut ignorer ce son. Les galliards crocs d’argent sont similaires. S’exprimant moins que les galliards des autres tribus, leurs chants résonnent plus profondément que tout autre, ramenant avec eux les honorables mémoires du passé dans la majesté vocale.

Les galliards accèdent peu souvent au trône, mais lorsqu’ils le font, ils sont souvent des chefs appréciés de leurs sujets et allégeants, et Hais par leurs ennemis. Les châtelains des loges sont toujours des Galliards. Ils sont les conservateurs de la connaissance, la plupart conservant et cataloguant les mémoires des héros et des fétiches de la tribu.

· Ahroun - Pleine Lune – Les griffes de FauconModifier

Enfin, les guerriers des crocs d’argent sont les griffes du Faucon, rendant nos proies incapables de s’échapper à notre justice. Rien ne peut détourner un tel guerrier de sa tâche. La plupart des rois ont été et sont toujours des ahrouns, car diriger les autres garous nécessite de la puissance et de la force, ainsi qu’une résolution implacable.

Ils font face à de nombreux défits et doivent tous les gagner. Les crocs d’argent résolvent très rarement autrement que par un combat les duels pour le commandement. La plupart de nos sénéchaux sont également des ahrouns, car si autrefois, lorsque le monde était dans un péril moins important, les ragabash s’occupaient de ce rôle, de nos jours, les arhouns sont les plus capables de seconder les rois.

Les lignées vues par la tribuModifier

Rares sont les lupus parmi les crocs d’argent, car autrefois, les dirigeants de la nation firent le sacrifice de s’intégrer parmi les hommes. Très peu de septs sont dirigés par des lupus, et encore moins de rois sont ou furent de cette lignée. La plupart des crocs d’argent sont donc des garous de ligné homidé. Quand au métis, leur présence dans la tribu est si peu abordée et si peu de métis ont été vus au sein de celle-ci que l’on se demande s’il y en a vraiment.

La litanie vue par la tribuModifier

La litanie a été créée par les dirigeants de la nation, voici bien longtemps, lorsque les tribus étaient à l’aube de leurs créations, et que les crocs, retenus pour beaucoup dans leur terre principale, la partie du monde où le ver était le plus présent et où les combats étaient les plus rudes, ne pouvaient plus qu’envoyer des émissaires de passage pour donner les ordres. Ces lois simples avaient pour but de permettre à chacunes des meutes, futures tribus, de se gérer tout en respectant les lois sacrées de Gaïa, que les crocs connaissaient. Plus précisément, Gaïa exposa ses volontés par concepts, qui furent retranscrit en phrases que l’esprit garou pouvait comprendre, par les crocs d’argents. Cela va donc de soi que nulle tribu ne respecte ce code sacré plus que la tribu des nobles crocs d’argent.


· Le garou ne s’accouplera pas avec le garouModifier

Chaque garou connaît la véritable punition pour l’accouplement entre garous : la naissance des métis. Les coupables de ce pêché qui va à l’encontre de notre nature même, doivent se voir être châtiés, marqués d’une trace qui ne s’efface pas, du sceau de l’infamie. Les métis ne sont pas châtiés, eux, car ils ne sont pas responsables, cependant, si une place leur est fournie dans la nation, elle est parmi les plus bas étages.

· Combat le ver où qu’il soit et où qu’il naisseModifier

Cela va de soi. De toutes les tribus, nous sommes ceux qui avons fait le plus pour réunir les tribus entre elles, afin de faire face au ver et ses dépravations. Nous sommes ceux qui avons le plus souffert et le plus tôt de ses attaques, car nous sommes restés à lutter face à ses armées pour que les autres puissent trouver d’autres territoires libres. Mais nous n’avons pu retenir l’armée elle-même, et les autres territoires ont été attaqués également. Les autres tribus se sont alors dirigées d’elles-mêmes, sans notre commandement. Certains l’ont bien fait et se sont montrés méritants, d’autres ont faillis et sont morts.

Les autres tribus nous ont accusé de « folie », d’insanités, nous accusant d’attaquer l’ennemi après tout le monde. C’est entièrement faux. Ce qu’ils ne disent pas, c’est que si nous ne sommes plus là depuis longtemps pour mener, c’est que nous avons très longtemps dirigés tous les assauts, et que notre tribu, avant d’être la cible principale du ver, avait déjà perdu beaucoup de ses membres pour permettre aux autres de quitter les zones les plus difficiles.

· Respecte le territoire de l’autreModifier

Techniquement parlant, selon la voix de l’ancienne autorité légitime, toutes les terres sont nôtres. Nous sommes les chefs de la nation garou. Les autres tiennent leur terre par notre accord. Cela étant, dans l’état actuel des choses, il est parfois difficile de faire appliquer cette légitimité. Alors nous pratiquons le sens politique et diplomatique, nous respectons leur territoire. Si nous devons réellement prendre le contrôle d’un territoire, alors nous le faisont sans hésiter, mais si ce n’est pas le cas, autant éviter les morts inutiles.

Nous devons être l’exemple de la litanie, nous devons montrer l’exemple aux autres tribus sur la façon dont les choses doivent se faire. En respectant leurs territoires comme s’ils étaient leurs, ils respecteront les nôtres, ainsi qu’ils respecteront les territoires des autres tribus. Cela aide à maintenir la paix au sein de notre peuple.

· Accepte une reddition honorableModifier

C’est l’un des versets les moins respectés par les autres tribus, à l’inverse de la notre qui en fait l’un des plus inviolables. En tant qu’enfant de Faucon, l’honneur est notre maître mot. Si quelqu’un agit honorablement, il doit être considéré honorablement. Il n’y a aucune autre interprétation possible. Si évidemment, une personne parle avec honneur, mais que l’on sait que ses actes sont déhonorables, alors elle ne mérite pas cette considération.

C’est facile d’accepter une reddition honorable d’un garou de basse classe. C’est bien plus difficile de la lui offrir. Si nous perdont un défit face à une honorable personne, nous devons nous rendre honorablement. C’est cependant difficile, et beaucoup d’entre nous décident simplement de ne pas se rendre du tout.

· Sois soumis à tes supérieursModifier

Un autre évident et inviolable verset. En tant que seigneur de la nation, notre tribu possède naturellement le plus haut statut, même si de nos jours les autres tribus refusent parfois de l’admettre.

Toutefois, nous reconnaissons la hiérarchie des autres tribus également. Même si nous sommes leurs seigneurs, ils ont aussi leur propres structures tribales et de meutes que nous devons respecter, parce qu’encore une fois, nous devons être l’exemple. Ceux qui possèdent un rang plus haut que le nôtre doivent recevoir notre respect, même s’il est un seigneur de l’ombre.

· La première part du gibier est pour le plus haut en statutModifier

C’est un verset traditionnel pour renforcer le pouvoir du chef en tant que chef. Ils acceptent rarement la première part, la fournissant gracieusement au plus méritant, mais la cérémonie doit être maintenue, pour nous prévenir de l’anarchie complète. Par ‘gibier’, ce verset comprend également les choses, comme les trésors et artefacts trouvés ou gagnés. Par droit, le chef a la première main sur ceux-ci.

· Ne mangez pas la chair des humainsModifier

Les Animaux Anciens ont fait des pactes entre eux, à l’aube de la création, pour savoir qui pourrait manger qui. Les humains ne l’ont pas fait, car ils n’avaient pas de grand ancien, s’accommodant de l’aide des alliés qu’ils avaient pu se faire dans le monde, ou des esprits qui avaient prit pitié d’eux.

Seul le ver mange ceux qui n’ont pas fait de pactes, et il est représenté par l’aspect du mangeur d’âmes. Nous ne devons pas tolérer qu’un garou mange de la chair humaine, car c’est l’un des aspects du ver qui teinte le plus.

· Respecte ceux en dessous de toi – nous sommes tous enfants de gaïaModifier

C’est parfois un verset particulièrement dur, car il est très difficile de respecter ceux qui brisent la litanie. Mais c’est notre devoir de le faire, car nous ne dirigeons pas simplement avec la force, mais sous l’égide d’Hélios et Luna. Nous ne dirigeons pas pour notre profit personnel ou par égoïsme. Nous ne devons pas nous occuper de savoir s’ils nous respectent réellement, car nous devons, de notre coté, les respecter, quoi que cela nous coûte, même si c’est souvent difficile.

· Le voile ne doit pas être levéModifier

Nous avons apprit cette leçon il y a très longtemps, lorsque nous marchions parmi les humains sous notre forme naturelle. Nous avons du après cela nous retourner contre ceux à qui nous avions tout enseigné, pour tuer tous leurs chefs. Ce verset est malheureusement de plus en plus brisé, depuis que le ver se cache dans le nid des humains, car il devient de plus en plus dur de combattre le ver où qu’il soit et où qu’il naisse sans se découvrir. Cependant, il est évident que nous devons nous souvenir du passé et ne pas enfreindre cette loi.

· Ne laisse pas ton peuple souffrir de ta maladieModifier

Beaucoup de garous d’autres tribus nous accusent d’ignorer ce verset, et de maintenir nos rois sur leurs trônes, malgré leur déchéance. C’est faux, et si un roi devait effectivement faire souffrir son peuple d’une maladie, qu’elle soit mentale ou physique, il devrait être déposé et quelqu’un devrait prendre sa place, devenir le nouveau roi.

· Le chef pourra être défié en temps de paixModifier

Evidemment, les rois peuvent être défiés. Même Faucon nous l’a rappelé lorsque nous avons passé un pacte avec lui. Mais les temps de paix sont rares. C’est un grand risque que de déposer un chef efficace, simplement parce que la litanie le permet. Bien sûr, si le commandement n’est pas probant, alors oui, les crocs d’argent ont le droit de défier leur chef. Cependant, nous fournissons à nos chefs les plus grands fétiches et les plus grands dons de notre tribu, aussi il n’est pas facile de les défier.

Les autres tribus ont parfois pensées qu’elles pouvaient utiliser ce verset pour aller au-delà de notre droit de diriger la nation garou. Ridicule. Ce verset a été mis en place pour permettre que les ‘alphas’ soient remplacés par de meilleurs lorqu’ils deviennent vieux et faibles, pas pour abroger notre relation sacrée avec Hélios et Luna en tant que chefs de la nation garou, de droits divins.

· Le chef ne peut pas être défié en temps de guerreModifier

Inviolable. Le faire est une pure idiotie, car qui voudrait prendre le risque de changer de chef durant un temps de crise martiale ? Le fait que nous soyons en temps de guerre en chaque instant de nos jours est incontestable. De fait, actuellement, le verset précédent n’est plus applicable. C’est toujours la guerre, jusqu’à ce que les cendres du feu de l’apocalypse aient données place à l’aube d’un nouveau monde.

· Ne fais aucune action qui occasionne la perte d’un caernModifier

Les caerns sont trop sacrés pour que l’on puisse permettre leur violation. Les autres tribus voient la ‘violation’ de plusieurs manières, mais nous savons ce que cela signifie réellement : ne laissez pas mal utiliser un caern, ce qui pourrait permettre au ver de s’en rapprocher, ne manquez pas à votre devoir d’utiliser tout le potentiel qu’un caern offre dans le combat contre le ver, en n’utilisant pas toutes ses ressources pour la défense de Gaïa. C’est pour cette dernière raison que nous sommes intervenus pour occuper des caerns en certains lieux d’Europe et en Amérique. Dès lors qu’un sept n’use pas autant qu’il le peut de toute la puissance du caern, pour sa lutte active contre le ver, ce sept se rend déjà coupable d’une violation de ce verset de la litanie, autant que s’il permettait au ver de s’y installer.


Opinion sur les autres tribusModifier

ATTENTION : ces avis sur les tribus sont bien évidemment subjectifs, ce sont les avis des CROCS D’ARGENT sur les autres tribus, et ne constituent en rien une vision réelle de la tribu dont ils parlent. Cela indique simplement la façon dont ils les voient.

· Furies noiresModifier

De toutes les tribus, les furies noires sont probablement celle que l’on respecte le plus. Non que nous sommes d’accord avec elles tout le temps (en fait nous le sommes même rarement), mais leur attitude droite et honorable les rendent agréables à nos yeux, même si elles désavouent notre système patriarcal. Même si elles sont déférentes à nos reines, elles préfèrent un conseil pour la direction, qu’il soit composé d’hommes ou de femmes. Cela sonne doux à leurs oreilles, mais pas aux nôtres.

La maison du cœur sage est depuis longtemps insérée avec elles en Grèce, mais c’est certainement parce que les membres de cette maison ne cherchent pas à diriger leurs septs, et se contentent de les accompagner dans l’étude introspective du passé ancien.

· Rongeurs d’osModifier

Eux au moins savent où est leur place, parmi les plus bas d’entre nous. Cela étant, ils sont d’une grande utilité et d’une certaine compétence dans leurs domaines, car vivant parmi les lieux les plus pourris de la cité, parmi la misère dont se nourrit le ver, ils sont capables de percevoir les teintes du ver les plus fines. Lorsqu’ils s’accomplissent dans leur tâches par ce biais et cette proximité, ils doivent recevoir la récompense de notre faveur, mais s’ils ne s’y accomplissent pas, alors nous devons leur rappeler pourquoi nous acceptons leur présence.

· Enfant de GaïaModifier

Peut être qu’il y avait une place pour ces gentils garous, mais ce monde n’est plus depuis bien longtemps déjà. Nous ne devons fournir aucune pitié à l’ennemi, et ne pas en attendre plus de sa part. Les enfants de Gaïa sont trop prompts à offrir cette pitié, et nous ne pouvons pas permettre de telles choses, car elles nous mettent tous en danger.

Il y a cependant une place pour la miséricorde dans la nation garou, lorsque nous traitons avec des individus qui font des erreurs malgré le fait que leur cœur soit pur. Cependant, les enfants de Gaïa ont trop tendance à l’accorder à tout le monde, leur mentalité sont encore en rapport avec la nuit des temps, et nous ne pouvons plus nous le permettre.

· FiannaModifier

Bien que leur penchant pour l’humour et la satyre les rendent souvent désagréables, nous essayons néanmoins de nous accorder avec eux, car bien qu’il faille régulièrement leur rappeler leur place (quelque chose qu’il n’admettent pas), lorsque nous parvenons à être sur la même longueur d’onde, notre alliance donne quelque chose de formidable.

La maison du hurlement austère a eu de nombreux contacts avec eux, puisque partageant leur territoire, mais cette relation est actuellement achevée, depuis que les Fiannas y ont mis fin, ne voulant pas s’attirer les foudres de la maison de l’œil étincelant qui menait ses investigations. La chose que nous respectons le plus chez eux est certainement leur capacité à maintenir leur ancienne culture.

Cela étant, faîtes attention à leur spontanéité. Leurs passions sont trop fortes en eux, ils n’en ont pas la maîtrise, et cela rend les choses parfois difficiles.

· Fils de FenrisModifier

Les fils de Fenris sont probablement la tribu avec laquelle nous partageons le plus d’héritages, car nos tribus ont vécues dans des zones très proches, depuis les temps anciens. Leur parents ont envahis la Russie il y a très longtemps, et nous les avons combattus jusqu’à ce que les lois des stocks d’accouplement ne s’appliquent. La plupart du temps toutefois, nous avons combattus côte à côte pour défendre à travers le monde les caerns des mains du ver.

De nos jours, ils respectent notre droit à diriger plus que toutes les autres tribus. Ils ne l’honorent pas toujours, mais le respectent au moins dans la théorie. Si nos chefs se montrent courageux et honorables, alors ils acceptent notre domination dans les affaires multi-tribales. Leur seul problème est qu’ils n’acceptent pas la sagesse si elle n’est pas accompagnée de puissance, ce qui les porte à voir de la faiblesse là ou tous voient une stratégie avisée.

· Marcheurs sur verreModifier

Ces fous vivent dans le cœur même des cités, alors que nous préférons ses abords. Nous reconnaissons la nécessité de vivre proche de nos parents pour diriger l’humanité, et nous sacrifions pour cela, mais eux ne se rendent pas compte, ils ne voient pas leur exil dans le labyrinthe du tisserand comme un sacrifice, ils se révèlent en lui.

Il doit y avoir une certaine sagesse en eux, car ils comprennent mieux que n’importe quelle autre tribu l’esprit humain et sa technologie, mais il est à craindre qu’ils l’aiment d’un peu trop près. Ils devaient s’assurer que les esprits du tisserand n’aillent pas corrompre les royaumes des esprits de Gaïa, mais ils ont oublié ce devoir et les utilisent pour leur propre desseins. Il serait bon pour eux qu’ils ne tardent pas à nous apporter la preuve de leur capacité à lutter contre le ver.

· Griffes rougesModifier

Respectez leur dévotion et leur courage dans leur combat contre le ver, mais faîtes très attention à leur haine de l’humain, qui s’étend souvent aux homidés garous. Eux, comme les enfants de Gaïa, sont des reliques du passé. C’est stupéfiant qu’ils aient réussit à subsister jusqu’à maintenant, mais leurs jours sont comptés. Rien d’insultant toutefois dans ces propos, car nos jours à tous sont comptés. Il n’y a plus qu’à espérer pour eux que le monde qui suivra l’apocalypse aura une place pour eux sans qu’ils ne se fassent molester par les hommes.

· Seigneurs de l’ombreModifier

Ces êtres perfides avaient une tâche qu’ils ont prit très au sérieux : Contester rigoureusement notre pouvoir, de sorte que nous puissions trouver ses failles et les combler pour renforcer notre commandement. Dans ce but, ils n’ont pas servit que notre tribu, mais l’ensemble de la nation garou. Seulement, depuis longtemps déjà, ils ont oublié ce rôle et sont passés d’avocat du diable à celui de prétendant au trône.

Ils croient maintenant que leur tribu a le droit de diriger car selon eux, il n’y a plus mandat divin pour qui que ce soit, et que le ‘plus capable’ (généralement eux, ‘étrangement’….) doit diriger. Réfutant ainsi les ordres des célestes, ils encouragent à ce que le monde soit remplit d’individualités opportunistes, des individus luttant contre des individus, sans liens de meutes.

Il est à craindre que beaucoup de tribus les croient. Leur vile démagogie et les mensonges qu’ils fournissent poussent déjà certains à se poser des questions, et le pire est que même si tout le monde sait que les seigneurs de l’ombre n’ont de cesse de mentir, ils pensent que tous, nous sommes des menteurs, même notre tribu. Pour le bien de l’honneur de Faucon, si ce n’est le nôtre, nous devons les faire taire, avant qu’ils n’infestent trop la nation. Il est dit que Konietzko est un garou honorable. Si cela s’avère réel, ce qui est loin d’être prouvé, alors il serait une exception qui confirme la règle.

· Arpenteurs silencieuxModifier

Beaucoup des nôtres pensent que les arpenteurs connaissent le secret de la mort, mais une autre partie n’y crois pas du tout. Le fait qu’ils aient la capacité de marcher dans le pays des morts est incontestable, mais il est tout aussi possible qu’il s’agisse plus d’une malédiction que de la possession d’un secret. Si ils avaient réellement ce secret, alors pourquoi n’auraient-ils plus de contacts avec leurs ancêtres ?

Cette tribu produit d’excellents messagers, et nous respectons leur nature calme. La maison du cœur sage a de grands contacts avec eux depuis longtemps, mais le mystère qui entoure les arpenteurs n’est pas facile à passer.

· UktenaModifier

Nous concédons aux Uktenas de vastes et anciennes connaissances, et nous les respectons pour cela. Mais nous n’aimons pas leur sens du secret. C’est une chose de ne pas tout révéler aux autre tribus, mais ne pas faire les révélations aux chefs de la nation est dangereux. Peut être l’histoire de leur peuple a-t-elle entachée les relations avec les autres tribus, mais ce n’est pas une raison. Ils doivent partager leur connaissances, si nous voulons lutter efficacement ensemble contre le ver.

· WendigoModifier

Comme leurs frères plus âgés, les Uktenas, ils ont peu de rapports avec les nôtres. Les Siberakh, une petite tribu qui se revendique du double héritage Wendigo – crocs d’argent, sont toujours dans leurs petits caerns dans le nord de la mère patrie. Ils sont un groupe intéressant, et cumulent les forces de nos deux tribus, mais c’est relativement facile, dans le sens où ils ne vont pas combattre le ver, et il leur est ainsi aisé de conserver les idéaux qu’ils ne vont jamais expérimenter.

Autrefois, nous avons défendu les Wendigos, ou du moins leur droit à conserver leurs caerns. Pour cela, il semblerait qu’ils nous haïssent moins que les autres.

· AstrolatresModifier

Nous avons toujours écouté leur conseils sages, les laissant dans nos courts aux places de conseillers, même si leur penchant pour l’abstraction pouvait s’avérer déstabilisant. Cependant, depuis qu’ils ont abandonné la nation, nous ne savons plus que penser. Est ce un plan pour échapper à notre commandement ? Pour comploter dans notre dos et fonder des alliances avec d’autres tribus ? Où est ce pire : complotent-ils avec les Feras contre la nation ? Une chose est toutefois suffisamment claire : ne faîtes pas confiance aux astrolatres.

Historiques pour la tribuModifier

· AlliésModifier

Les alliés d’un croc d’argent sont souvent dans les plus hautes échelles de la société. Alors que le pouvoir et le rang social ne sont pas toujours liés de façon directe, les deux sont néanmoins souvent liés d’une façon ou d’une autre, et les alliés des crocs devront être en mesure de faire ce lien.

Il n’est par ailleurs pas rare de trouver parmi les alliés des crocs d’argent des membres de leur propre tribu, ou d’autres tribus. Après tout, ils sont les chefs de la nation garou. Même en ces temps sombres proches de l’apocalypse, quand le doute assaille le cœur des garous les moins convaincus, ils sont ceux qui s’imposent comme dirigeants depuis le début de l’histoire, quelle qu’aient pu être leurs fautes.

· AncêtresModifier

C’est un historique prestigieux pour les crocs d’argent. Pas forcément le plus courant, mais ceux qui en sont les porteurs se voient souvent encouragés pour le développer autant que faire se peut. Avec l’obsession tribale pour leur lignage, avoir la possibilité de contacter ses propres ancêtres devient un mode de vie. Les crocs d’argent qui possèdent cet historique ont souvent l’habitude de tout noter, le nom, les relations avec le esprits ancêtres contactés, et tout ce qu’ils leur ont appris.

· ContactsModifier

Ne tombez pas dans l’écueil d’avoir tous les contacts des crocs d’argent en tant qu’individus riches, puissants et aristocratiques. Même si le personnage est lui même de ce type, il rencontre durant sa vie tout un tas de personnes différentes, qui jalonnent sa vie d’une façon ou d’une autre, et peuvent être considérés comme des contacts. Il n’y a pas de doute sur le fait qu’un croc d’argent puisse aisément avoir des contacts dans les organisations du crime organisé, au point d’en faire pâlir les rongeurs d’os et les marcheurs sur verre, car ces communautés cherchent elles-mêmes souvent à côtoyer l’aristocratie pour se donner une image de respectabilité.

· FétichesModifier

‘fétiche’ est un historique très courant parmi les personnages crocs d’argent. La tribu possède plus de fétiches, tant de klaives que d’autres fétiches totalement différents passant par les lignées familiales, qu’aucune autre tribu ne peut le prétendre. La réputation du commandement des crocs, et leurs habitudes à diriger du front des combats ont menés à la création de nombreux fétiches pour les aider dans leur rôle difficile.

Evidemment, beaucoup de fétiches ont été perdus à travers les âges, lorsque l’ennemi s’est avéré bien trop fort. Beaucoup de crocs d’argent dont l’enfant vient de faire son premier changement partent en quête, guidés par les esprits ancêtres, pour trouver un fétiche qu’il pourront réclamer pour leur progéniture, lorsque le jeune garou s’en sera montré digne. Parfois, des familles ne possédant plus de garou vivant conservent les fétiches de leurs anciens pour que lorsqu’un enfant naitra garou, ils puissent le lui remettre.

· ParentsModifier

Les crocs d’argent conservent un lien avec leurs parents bien plus étroit que toutes les autres tribus, hormis les Fianna. Les généalogistes crocs d’argent, souvent des parents mais pas toujours, conservent toutes les traces des ramifications familiales avec une efficacité impressionnante. Cet historique est commun pour les crocs d’argent et représente souvent la famille proche du garou ou les relations de famille. Cela peut également représenter les vieux amis d’écoles, pour les universités crocs d’argent.

· MentorModifier

Le mentorat est commun chez les crocs d’argent, encore une fois en rapport avec l’obsession tribale pour la lignée familiale. La plupart du temps, les mentors sont de la même famille, et pourront ainsi éduquer le jeune garou dans l’héritage et les traditions de la famille.

· Lignée pureModifier

L’historique lignée pure est essentiel pour les crocs d’argent, tant dans la façon dont ils conçoivent le monde que dans leur façon, de se concevoir eux-mêmes. Chaque personnage croc d’argent est obligé d’avoir un minimum de trois dans cet historique. La tribu a toujours pris soin de tracer soigneusement les généalogies, et est donc capable de savoir qui étaient les ancêtres d’un garou, même après de très nombreuses générations d’écart. Cela indique également que par la même, les crocs ne perdent pas trace, même de leurs parentèles, et conservent toutes les ramifications de ceux-ci, afin de conserver le stock d’accouplement pur.

Cette obsession a menée à ce que la pureté de la lignée en devienne une marque de mérite pour un garou. Plus son sang est pur, plus il incarne l’image idéalisée d’un héros croc d’argent, et plus le reste de la tribu le considèrera avec respect. Il se peut même parfois que des crocs se refusent à croire qu’un garou ai fait une erreur, si sa lignée est parmi les plus pures (de lignée croc d’argent cela va de soi).

· RessourcesModifier

Beaucoup de garous pensent que tous les crocs d’argent sont dotés de grandes richesses dues à leur noblesse. Souvent, ils ont torts. Un lignage aristocratique est plus important pour la tribu que la richesse, qui est considérée comme un détail de second ordre, celui qui par l’agrandissement du pouvoir du tisserand, a permit l’élévation des classes mercantiles, usurpateurs de la véritable classe dirigeante.

Cela étant, certains crocs sont fabuleusement riches, et usent de leur fortunes pour acheter des terres et des propriétés, pour éviter que celles-ci ne soient corrompues par les grosses sociétés multinationales, et même parfois protéger les zones des caerns.

· RitesModifier

Comme l’on peut s’en douter de la part d’une tribu qui porte de la valeur sur la tradition et l’héritage, les rites sont une part importante de la structure tribale. Les crocs d’argent n’ont en fait pas plus de rites que les autres tribus, simplement ils sont plus prompts à les utiliser avec rigueur. La plupart des crocs d’argent apprennent des rites tout au long de leur vie, bien qu’il soit assez rare que des jeunes en possèdent, devant avant cela avoir un minimum d’expérience pour mériter ces savoirs.

· TotemModifier

Les crocs d’argent n’apprécient pas les totems qui n’ont pas de rapports avec les valeurs qu’ils transportent. Faucon et sa lignée sont évidemment les totems préférés des crocs, particulièrement ceux qui servent de guides spirituels des maisons. Ils éviteront toujours les totems représentant des insectes, et ils n’apprécient pas les totems représentant de petits animaux. L’affinité de la tribu avec Faucon les mènent tout naturellement à voir ces animaux en tant que proies, ce qui ne peut correspondre à un croc d’argent. Evidemment, un croc d’argent individuel pourrait voir cela pour de l’arrogance et prendre l’une de ses représentations pour totem, mais il ne devra pas s’attendre à de la compréhension de la part de ses pairs pour cette décision.

Prénoms usuels dans la tribuModifier

Afrique : Masculin : Ahmed - digne, Bakari - de promesse noble, Diallo - courageux, El-Fatih – le conquérant, Hashim – anéantissement du diable, Jelani – puissant, Kafele – celui qui est prêt à mourir, Nazim – merveilleux, Rasidi – de bon conseil, Zuberi – fort.

Féminin : ……

Europe de l’ouest : Masculin : Agler (Grèce) reflet, Alfred (anglais) sage conseiller, Armanno (italien) guerrier, Ashley (anglais) cendre des frênes dans les prés, Balendin (basque) brave, Basil (Grèce) royal, Braden (anglais) grande vallée, Byron (France) chaumière, Carey (écosse) venant du château, Curtis (français) courtois, Damiano (espagnol) apprivoiser, Edmund (anglais) protecteur prospère, Evan (écosse) jeunesse, Gavin (écosse) faucon de bataille, Giustino (italien) juste, Guy (France) guide, Hunter (anglais) chasseur, Ignatios (italien) fougueux, Kenneth (anglais) serment royal, Kiril (Grèce) le grand seigneur, Lindsey (anglais) les trois îles de Lindon, Lorenzo (italien) couronné de lauriers, Maximos (Grèce) le meilleur, Montaigue (France) la montagne de l’homme riche, Neron (Espagne) force, Nyle (anglais) refuge, Reed (anglais) cheveux rouge, Severin (France) sevère, Tadeo (Espagne) louanges, Tibalt (basque) prince du peuple, Tomlin (anglais) petit jumeau, Valerio (italien) brave, Vaughn (écosse).

Féminin : Adara (Grèce) beauté, Aida (italien) heureuse, Althea (anglais) saine, Ashley (anglais) cendre des frênes dans les prés, Audray (anglais) force noble, Bakarne (basque) solitude, Bixente (basque) victorieuse, Colette (France) victoire du peuple, Constanza (italien) constante, Darcie (France) obscurité, Dawn (anglais) aube, Eldora (Espagne) en or, Gail (anglais) charmante, Haylay (anglais) foin des prairies, Hope (anglais) espoir, Kimberly (anglais) forteresse royal, Martina (italien) guerrier, Melantha (Grèce) fleure noire, Orane (France) montante, Shirley (anglais) prairie resplendissante, Wenda (anglais) juste, Yolande (France) violette, Yvette (France) espiègle.

Celtique/Gaëlique :

Masculin : Conall (celte) puissant, Cormac (irlandais) poète, Donnelly (celte) brave, Grady (gaëlique) noble, Kyle (gaëlique) généreux.

Féminin : Blair (celte) venant des plaines, Brenna (celte) cheveux noir, Elspeth consacrée, Gráinne {GROH-nya} grâce, Regan (celtique) Royal, Tara (celtique) tour.

Europe de l’est :

Masculin : Adok (Pologne) obscure, Atanas (Bulgarie) immortel, Dragos (Roumanie) dragon, Gellert (Hongrie) soldat puissant, Gwidon (Pologne) vie, Kolya (Russie) armée victorieuse, Raimund (Pologne) protectur puissant, Rickard (Hongrie) souverain puissant, Soren (Roumanie) soleil, Stefan (Lettonie) couronne, Vaclav (Russie) couronne de gloire, Valerian (Pologne) brave, Vasili (Russie) royal, Velyo (Bulgarie) magnifique, Vidor (Hongrie) conquérant.

Féminin : Asenka (Russie) gracieuse, Bella (Hongrie) brillant noble, Didina (Roumanie) Désirée, Eizenija (Lettonie) de bonne naissance, Ekaterina (Bulgarie) pure, Gisella (Hongrie) promesse, Ivana (Russie) don précieux, Jadwiga (Pologne) refuge dans la bataille, Piroska (Hongrie) l’ancienne, Reveka (Roumanie) obligation, Svetlana (Russie) étoile, Urzula (Lettonie) petit ours.

Egypte/moyen orient :

Masculin : Afdhal (hautain), Akhtar (étoile), Azeem défenseur, Coman (noble), Faheem (savant), Hashim (destructeur du mal), Kadar (puissant), Mansur (victorieux), Najib (de descendance noble), Nayyir (brillant), Saif (épée), Talib (chercheur), Zaki (pur).

Féminin : Alia (hautaine), Baqia (joyau), Faakhira (somptueuse), Haidera (lionne), La’eeqa (élégante), Meenaa (étoile), Qamar (lune), Shamarra (se prépare à la bataille), Yaella (importante).

Scandinavie/Germanie :

Masculin : Börje (Suède) château, Conrad (Germanique) conseiller honnête, Lothar (Germanique) guerrier célèbre.

Féminin : Asta (Danemark) étoile, Edith (Germanique) don précieux, Signe (Suède) victoire, Verena (Germanique) ami protecteur, Vilhelmina (Germanique) protectrice résolue.

Totem tribal : FauconModifier

Couleur de pelage : Blanc pur, argenté pour les plus hautes lignées.

Volonté de base : 3

Dons de départ : Flamme chatoyante, Poigne du faucon, sentir le ver.

Faiblesse tribale : Le joueur doit choisir un dérangement (mental) pour son personnage.

Spécificités tribale.Modifier

· Les famillesModifier

Les crocs d’argent entretiennent une relation particulière avec leur parentèle. Souvent accusés d’être trop proche des manières et coutumes homidés, les crocs en ont au moins les habitudes familiale de la noblesse. Autrefois, tout garou s’accouplant avec l’un des parents crocs d’argent était tué sur le champ pour une telle arrogance, et même si de nos jours cela ne se fait plus, les dirigeants de la nation possède néanmoins un sens de la famille très poussé.

Les lignées sont répertoriées, classées, et le crocs ne laissent pas les autres tribus s’y mêler. Non que ces familles soient maintenues sous l’égide des chefs des garous pour la fortune qu’ils apportent, ou l’influence sur les terres, mais ils possèdent et transmettent à travers les générations le sens de l’honneur, ce sens de « noblesse oblige » dont les crocs d’argents ne peuvent ni ne veulent se séparer.

Pour cette raison, les noms des héros crocs d’argents possèdent, en plus de leur prénom et de leur nom de prestige, le nom de leur famille de naissance, qui retrace, aux moins pour eux qui en gardent les mémoires, toute la lignée des héros. Très souvent également, les fétiches y sont également affiliés, car ces objets sacrés sont liés aux familles des premiers porteurs. Evidemment, les arbres généalogiques des crocs d’argents remontent bien plus loin que ceux des humains, et perdent les noms usuels dans la nuit de temps, même si de bons généalogistes garous pourront faire les liens sans peines.

· HierarchieModifier

Les crocs d’argent, en tant que tribu dirigeante, possède une hiérarchie stricte, une architecture de titres, postes, fonctions, mais également définit les allégeances de chacun. Chaque croc d’argent appartient à l’une des 7 maisons survivantes (autrefois 13). La plupart des crocs doivent choisir quelques temps après leur changement l’une des deux loges (loge du soleil ou loge de la Lune). Quelques rares crocs d’argents servent comme fonctionnaires de ces loges : shaman, administrateurs, ou châtelains.


1. Les maisonsModifier

Les maisons sont l’équivalent de royaumes. Toutes sont dirigées par un roi où une reine, qui a en charge le territoire de cette maison, au sein duquel se trouvent plusieurs septs, qui sont alors autant de ‘château’ d’un royaume. Autrefois, les frontières géographiques étaient les délimitations des territoires des maisons, mais avec le temps, certaines maisons ont eu des territoires croisées. Un sept peut donc appartenir à une maison, tout en étant sur le territoire géographique d’une autre, si dans le passé, la première maison a récupérer ce sept perdus, et l’a réclamé en tant que propriété.

* L’ennemi du ver :Modifier

Cette maison a officiellement été déclarée en tant que telle au 13ième siècle, après ses précieux efforts pour sauver des parents garous, et pas uniquement les parents crocs d’argents, des feux de l’inquisition. Cette maison, avant d’être déclarée en tant que telle, avait perçut l’émergence du ver corrupteur avant les autres, et inlassablement, fit tout ce qui était en son pouvoir pour le combattre. La peur grandit dans le cœur du ver, qui pouvait sentir l’odeur des membres de cette maison avant la tribu elle-même.

Les territoires de l’ennemi du ver étaient principalement en Espagne, France et Hollande. Ils partirent également vers l’Angleterre, réclamant les territoires perdus par le hurlement austère, mais les autres maisons craignant la montée en pouvoir de cette nouvelle maison, lui refusèrent ce droit. Mais ce fut l’époque de la découverte du nouveau monde, et avec cette découverte, l’arrivée des légendes de puissantes créatures du ver qui y étaient présentes. C’est ainsi qu’il partirent vers le nouveau continent, et qu’ils y prirent leur place.

Aujourd’hui, la maison dirigée par le roi Albrecht possède des territoires dans le nord-est de l’Amérique, ainsi que nord ouest.

* Le clan de la lune croissante :Modifier

Cette ‘maison’ porte le nom de clan et s’en revendique, car ses traces remontent jusqu’à très loin dans l’histoire des garous, avant même que le principe de maison ne soit instauré chez les hommes. Aussi, le terme de clan semble plus approprié et très révélateur. Ce clan possède le territoire principal de la tribu, celui de la Russie. Depuis longtemps harcelée par l’immonde Baba Yaga et tous ses minions, ses alliés les Zmeis et l’une des griffes du ver, ce clan a toutefois réussit à survivre, et même, sous l’impulsion de sa reine Tamara Tvarivitch, rang 6 théurge, à reprendre le contrôle de ses terres.

Bien que récupérant péniblement de ses lourdes pertes, la victoire menée par la reine a grandement augmentée et remontée le moral des crocs d’argents, tant de cette maison que des autres.

* L’œil étincelant :Modifier

La maison de l’œil étincelant a pour territoire le nord de l’Europe, la Scandinavie, la Germanie, la France. Calvin de Provence est le roi de cette maison, dirigeant à partir de la Belgique. Sa sœur, la reine et véritable dirigeante, a disparut lors qu’une quête umbrale. Bien que de nombreuses meutes furent envoyées pour la retrouver, aucune ne revint avec des nouvelles satisfaisantes. Le roi calvin a alors augmenté drastiquement la vigilance contre la corruption du ver au sein des autres maisons.

Particulièrement concerné par la corruption à l’intérieur de la maison du hurlement austère, il envoya ses meutes pour prendre le contrôle de leurs caerns. Il lança ensuite une traque sur la reine Mary, mais ne semble pas encore être en mesure de la capturer. La maison de l’œil étincelant fait office à l’heure actuelle ‘d’inquisition’ au sein de la tribu, et se montre particulièrement efficaces pour ce qui est de trouver la moindre trace de corruption.

* Le hurlement austère :Modifier

Le hurlement austère semble être tombé dans la corruption, et de ce que l’on croit, par la faute de leur parentèle humaine, impliqués dans des terribles cultes du ver dissimulé à l’intérieur de la noblesse anglaise. Avant même que la reine de la maison, la reine Mary Campbell, ne puisse revenir au sein de son territoire principale dont elle était éloigné, la maison de l’œil étincelant avait déjà prit de force une grande majorité des caerns, les autres tribus auparavant fidèles à la maison du hurlement austère la laissant à son sort par crainte de la détermination purificatrice des sujets du roi Calvin de Provence. Bien que la maison ne soit pas déclarée éteinte, le peu de garou qui s’en revendique encore, la reine en fuite, annoncent que cela ne saurait tarder.

* Le foyer indestructible :Modifier

Tout comme la maison de l’ennemi du ver, la maison du foyer indestructible fut l’une des premières à migrer vers le nouveau monde. Originellement de France, d’Espagne, de suisse et de hongrie, le foyer indestructible clame à présent également des terres au Canada et en Amérique du nord. A la différence de la majorité des autres tribus américaine, le foyer tient la base de son pouvoir dans la Cité, proche de sa parentèle.

Les troubles récents de Chicago ont été la cause de troubles pour le sept de Cyrus le chauve, le roi de la maison, mais depuis lors, il a su mettre des barrières face aux vampires, que ces derniers ne dépassent pas, par peur de revoir une grande guerre dans la ville. La maison se revendique d’être la plus diplomate, et se prétend médiatrice entre les tribus. Cependant, beaucoup des autres maisons les pensent bon pour parler, mais trop peu prompts à agir.

* La crête sang rouge :Modifier

Cette maison semble avoir subit une malédiction terrible. Pas un seul garou n’est né sur son territoire, ces 5 dernières années. Son roi, Palmarstan Nayar, semble condamné à voir sa maison tombé dans Harano. Plus aucun louveteau, plus de nouveau rite de passages, la perte d’énormément de caern en Inde, le futur ne semble rien promettre de bon pour cette maison. Certains prétendent même que les suivant du roi Nayar prient pour l’arrivée de l’apocalypse, qu’ils aient au moins la possibilité de prouver leur valeur en combattant.

* Le cœur sage :Modifier

La plus étrange maison parmi toutes. Bien qu’étant autrefois présent également sur le territoire de Russie, le combat contre Baba Yaga n’en a pas laissé un seul membre vivant sur ces terres d’origines. Leurs principaux septs étaient originellement en Italie et en Grèce, mais désormais ils sont principalement représentés dans leurs septs en Turquie et dans les territoires du centre-est.

Leur sagesse est grande, de ce que l’on dit parmi les crocs, mais ils conservèrent toujours leurs connaissances pour eux, ce qui risque d’attirer le regard de l’œil étincelant après que ce dernier en ai finit avec la maison du hurlement austère, de ce que l’on dit. Son roi, Tariki est un personnage réellement impressionnant, membre de la confrérie d’Ivoire, et dont l’ont raconte qu’il possède le secret de la mort acquis par le Premier Loup.

*Le Ciel doré :Modifier

Ils furent les plus grands, plus puissant encore que la maison de la lune croissante. Arak Mammoth Bold, qui fut l’instigateur du pacte avec Hélios par l’intermédiaire de Faucon, était de cette lignée. Puis ils disparurent subitement. Nul ne sait ce qui s’est réellement produit, et les théories sont nombreuses, allant de la mission confiée par hélios jusqu’au départ pour un royaume umbral, afin d’y attendre le jour de l’apocalypse et revenir en force….toujours est il que chacun des membres de cette maison disparut, sonnant comme un glas funeste pour toute la tribu.

*La griffe conquérante (maison disparue) :Modifier

Les crocs d’argent de cette maison est morte d’elle-même, sans avoir le bénéfice de la gloire de sa perte. Supportant autrefois la toute puissante Rome, la maison n’a pas supportée la chute du centre du monde de cette époque. Ceux qui ne succombèrent pas aux assauts de puissants vampires de ce lieu en cette époque sombrèrent dans l’Harano après la chute de l’empire. Et pour les quelques rares à ne pas avoir succombé à l’un ou l’autre, périrent dans des duels d’épées durant la renaissance.

*La meute de glace (maison disparue) :Modifier

Quelques rumeurs prétendent que quelques membres de cette maison courent encore les terres du nord, là où seule la glace survit à l’état naturel. Les légendes vont bon train sur cette meute, et certaines prétendent même qu’il ne s’agit que d’esprits ancêtres, peut être même les premiers à avoir été les victimes de la guerre de la rage, ce qui aurait déclenché son départ. Quoi qu’il en soit, même si effectivement ils se trouvent bien des loups de cette maison dans le grand nord, purs de tout début de corruption, ils ne sont pas suffisamment nombreux ni concrets pour que la maison soit considérée comme réelle.

* La neige d’hiver (maison disparue) :Modifier

Cette maison est l’exemple du prix du pouvoir. Leur dernier roi, dont on tais généralement le nom, est devenus ivre du pouvoir. Dans sa folie de pouvoir, il décima les Fiannas et les fils de fenris anglais, ce qui permit aux danseurs de la spirale noire de fondre sur les caerns du nord, sans défenses. Le reste de la maison succomba telle un seul homme en harano, dès que ses membres se rendirent compte de la faute ainsi commise.

* L’inconnue (maison disparue) :Modifier

Il y a une maison, dont le nom fut retiré de toutes les mémoires. Il est suspecté par certains qu’elle fut à l’origine du départ de la guerre de la rage, et qu’elle se serait montrée particulièrement cruelle dans l’extermination des changes formes, à tel point que Gaïa elle-même aurait retirée cette maison de sa surface, retirant leurs noms de toute mémoire et de tout chant. Depuis, personne ne peut plus la nommer.

* Les sans noms (maison disparue) :Modifier

Parfois nommée la spirale d’argent, cette maison est tombée dans les mains du ver, et il est prétendu que ses membres sont maintenant des ducs de l’armée de l’ennemi, corrompant d’autres crocs d’argent lorsqu’ils le peuvent. Personne ne leur accorde quoi que ce soit, pas même la considération du nom.


2. Les loges célestesModifier

Le devoir de direction de la nation fut remis aux crocs d’argents par l’accord et la décision de deux célestes, Luna puis Hélios. Si les crocs d’argents servent évidemment Gaïa, c’est par l’intermédiaire de ces deux célestes. Quelques temps après leurs rite de passage, les crocs d’argent sont invités à rejoindre l’une des deux loges, celle du soleil ou celle de la lune, suivant l’aspect de la tribu qu’il désire épouser. Certains ne le font pas, mais ceux-là ne peuvent pas attendre de responsabilité dans la tribu ou dans un sept crocs d’argent, car ils ne prouvent pas leur investissement envers l’un ou l’autre des célestes, ce qui est inconcevable pour un garous digne.

La court d’un roi est composée de ses conseillers des deux loges et de son sénéchal personnel, qui a la charge de la logistique d’un sept, lorsqu’il s’agit d’un sept croc d’argent. Chaque loge possède trois postes essentiels, dans l’ordre d’importance : Le Shaman dirige la loge, l’administrateur qui se charge de veiller à ce que les ordres du Shaman soit appliquées, en affectant à des meutes des charges spécifiques, et le châtelain se charge de veiller au maintient des possessions matérielles et spirituelles de la loge, et répertorie les changements de membres à l’intérieur de la loge.

En résumé, les instances importantes de la court sont donc composées d’un roi, d’un grand sénéchal, de deux shamans, deux administrateurs et deux châtelains.

Le Shaman est toujours un théurge, car c’est cette auspice qui entend le mieux les voies des esprits. En l’occurrence, pour les loges, ce sont les esprits du soleil et de la lune qui sont appelés pour les conseils. L’administrateur est toujours un philodox, car cette auspice est la plus aptes à gérer les affaires des garous. Finalement, le châtelain est toujours un galliard, car cette auspice est celle qui conserve les mémoires des héros.

Les autres membres des loges sont simplement des meutes qui s’appliquent à obéir aux ordres des conseillers de leurs loges respectives.

- La loge du soleilModifier

La loge du soleil est concernée par les affaires temporelles et le monde matériel. Histoires et affaires courantes, relations entre les différents septs et autres tribus, ou surveiller les mouvements de l’ennemi. Ses méthodes sont celles de l’ordre et de la raison, les outils d’hélios. Les cérémonies de la loge sont faîtes en direction du nord.

- La loge de la LuneModifier

La loge de la lune est concernée par tout ce qui traite des affaires spirituelles et mystiques, et avec les considérations émotionnelles du royaume. Le moral des sujets du roi. La loge s’assure également que les bonnes relations avec les esprits soient maintenues, et que la court ne tourne pas son attention de Luna. Les méthodes de cette loge sont la perspicacité et l’intuition, les outils de Luna. Les cérémonies de la loge sont faîtes en direction du sud, à l’opposé du nord solaire. Cela étant, certains septs de l’est prennent comme direction l’ouest à la place du sud. Après tout, si les rituels sont très importants, l’obsession avec les détails de ceux-ci ne sont pas pour les adeptes de Luna, mais pour ceux d’hélios.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard