Fandom

Loup-garou l'Apocalypse Wiki

Le premier Klaive

134pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

« Des jours étranges » se dit Hurlement du Vent en fermant ses yeux. Cependant elle n'était que peu troublée par l'étrange nouveau monde qui s'étendait autour d'eux. En ce temps, de tous les êtres, seuls les Garous regardaient le monde avec une vue si claire. Quelque chose s'était passé. Tout le monde le savait : le monde venait d'être séparé, déchiré. Les esprits avaient été retirés, ensanglantés, de la chair qui les abritait, créant le monde que tous et chacun peut voir aujourd'hui, et l'Umbra, un monde invisible à beaucoup. Mais personne ne savait qui l'avait fait, personne ne soupçonnait même ce que nous savons aujourd'hui : le Ver l'avait fait. Le Ver avait fini son temps comme frère de Gaia, et s'était même déclaré son Ennemi.

Souviens-toi que, de toutes les prophéties annonçant la mort de Gaia, de tous les chants funèbres chantés pendant qu'elle pouvait encore les entendre, aucun n'avait alors été formulé, lorsque la notion de la vraie mort était encore suspendue aux lèvres de tous, avant d'en tomber et de devenir réalité.

En ces jours, les Garous étaient les gardiens de Gaia et du monde, en premier et avant tout. Nouveaux nés du sang des animaux, de plantes et de la Création, les esprits devaient trouver leur voie. En ces jours, même les arbres saignaient. Les animaux aussi tombaient et s'écroulaient, leurs instincts non encore formés, sourds aux esprits qui les avaient jusque là guidés.

Seuls les Garous regardaient tout cela avec certitude en ces temps. Gaia les avait bénis avec deux formes, Gaia les avait gardés entiers dans un monde blessé. Seuls les Garous et ceux que le Ver avait avertis avant d'agir avaient échappés au déchirement.

Hurlement du Vent, née après la demi-lune et avant la pleine lune, était la plus jeune de sa meute. Son alpha était un Ahroun, son nom était 'Griffes dans la Nuit Calme', et il était fort et sage. Elle courait avec 'Ombre' et 'Dents de Feu', qui étaient bons et honnêtes. Ils étaient une meute, créée avant que les meutes aient un nom, car les noms vinrent avec le but, et aucun n'avait encore été pensé en ces jours de nouvelle guerre.

'Dents de Feu' parla, alors qu'il reculait avec horreur. " 'Griffes dans la Nuit Calme', dis-moi, peux-tu expliquer cela ? » Car ils regardaient quelque chose de nouveau. Les esprits étaient nés, et devant eux reposait un esprit mort. Un esprit d'arbre, un Enfant des Clairières, reposait sur le sol de la forêt, son sang doré rependu tout autour.

'Griffes dans la Nuit Calme' avait le cœur lourd, et ils l'avaient tous, mais lui seul était assez brave pour parler et agir. "regardez ! » Il indiqua les arbres et les bois alentours, et le silence. "Pas un chant d'oiseau autour de nous, aucun insecte ne rampe, aucun animal, à fourrure ou à écailles ne marche les herbes, pas même les serpents ne viennent boire son sang. Ils savent, comme nous, qu'un blasphème a eu lieu içi »

" Mais » , continua-t-il, ses yeux emplis de larmes et le cœur endurci par sa résolution » Si nous n'agissons pas maintenant beaucoup d'autres seront commis. Gaia nous a donné des truffes pour sentir les traces de nos proies, alors chassons. Elle nous a donné un esprit pour être malin, alors soyons malins. Et elle nous a donné des griffes pour frapper, et avec elles nous deviendrons ses vengeurs. » Et toute sa meute releva la tête et hurla, car elle savait qu'il avait dit la vérité.

Alors 'Crocs de Feu' renifla le sol et trouva une odeur, et ils la suivirent aussi loin qu'ils purent. 'Ombre' parla aux esprits, et de son ton poli convainquit les êtres apeurés de les aider, et les convainquit qu'ils auraient la protection des Garous. C'était une grande chose, car le savoir de la droiture et de la gentillesse des Garous se répandit parmis les esprits, et les esprits nouveaux nés firent pendant un long temps confiance aux Garous sans poser de question. 'Hurlement du Vent' regarda et apprit, et chanta ses hurlements de colère et de guerre au ciel. Ce fut son erreur, leur erreur à tous.

Certains disent que 'Griffes dans la Nuit Calme' le savait, mais ne voulu pas le croire, car il était sage mais naïf. Car tous étaient naïfs et ignorants des dangers qu'ils allaient être amené à affronter. Personne ne savait que le Ver s'était tourné contre sa Soeur, et l'avait déclarée son ennemi. Et même si le Ver était faible en ces jours, petit et vulnérable, il n'était pas moins subtil et malin. Il entendit ces hurlements, et ne releva pas le défi qu'ils lancèrent, mais au contraire fuit et se cacha. Et dans le noir, il attendit l'arrivée de la meute.

'Griffes dans la Nuit Calme' les conduisit dans une clairière rendue horrible par le sang. Trois fois trois fois trois Enfants des Clairières avaient été massacrés. Certains avaient le tronc ouvert et avaient été laissés là et d'autres démembrés, leurs morceaux rependus parmi les fougères. Trois étaient cloués au sol par des méchantes lances, leurs formes altérées par la folie des yeux du Ver. Tous portaient un masque d'horreur dans leurs tombes. Au milieu de cette scène, les mains prêtes à en abattre un de plus, se tenait une seule créature, une créature telle que jamais les Garous n'en avaient rencontré. Elle, comme eux, était à la fois esprit et chair, mais à l'inverse de l'harmonie de l'union des Garous, c'était un homme brutalement rempli par un esprit. Et c'était un esprit malsain, à la différence de tous ceux qu'ils connaissaient. L'homme bafouillait avec folie, et l'esprit crachait des horreurs, et n'était pas complet.

Mais ce n'était qu'un homme, même s'il n'en avaient jamais vu de comme lui avant. Ils étaient une meute des Elus de Gaia. Alors ils chargèrent, leurs peaux de loups et d'hommes délaissées pour la forme de guerre, et ils déchirèrent les chairs de l'homme pour ses péchés. Mais le Ver était malin. Les Garous ne pouvaient même pas commencer à deviner sa stratégie, car ils pensaient comme un seul, et n'auraient jamais laissé tomber quelle qu'en fut la raison. Ils n'avaient jamais non plus connu ces tactiques. Mais le Ver laisse volontiers l'un des siens mourir s'il permet à beaucoup plus d' autres de tuer. Alors que les quatre Garous chargeaient, sept hommes de plus sortirent de l'ombre et encerclèrent la meute, leurs bouches ricanant horriblement tandis qu'ils avançaient vers eux.

Bien que la meute combattit bravement, ils ne savaient pas comment vaincre ces horreurs. 'Ombre' en coupa un en deux, et ses pattes furent brûlées par son sang. 'Crocs de Feu' planta ses crocs dans un autre, et mourut au même instant, gelé. 'Griffes dans la Nuit Calme' mourut bravement, mais pour chaque monstre qu'il terrassait, le Ver en envoyait trois de plus. L'un des monstres brisa ses propres doigts et les enfonça dans la bouche de 'Griffes de la Nuit Calme', et ils crachèrent des épines dans sa gorge. Il mourut alors que ses propres griffes s'enfonçaient dans son cou.

Seul 'Hurlement du Vent' fut laissée vivante, et ce ne fut que pour la torturer et la souiller. Et ils le firent pendant six jours et six nuits, son corps brisé à l'agonie, son esprit déchiré par la honte.

En plus du Ver, deux yeux virent ses tourments. Jusque là innocents, les yeux d'un Enfant des Clairières, celui-la même que les coups rapides de 'Hurlements du vent' avaient sauvé. Quand la meute avait attaqué, il s'était enfui dans les arbres, et avait regardé les Élus de Gaia se faire assassiner et tomber dans la mare de sang doré. Il continua à regarder alors que 'Hurlement du Vent' était gardée en vie, et alors, tandis que la sixième nuit touchait à sa fin, ses larmes devinrent sombres. Cette âme pure sentit la Rage de 'Hurlement de Vent', et la prit pour lui, et là, dans un cri déchirant, l'arbre puissant dans lequel il se cachait mourut. Il tomba dans la clairière, et l'Enfant des Clairières s'élança et arracha 'Hurlement du vent' de ses liens. Trois des horreurs du Ver moururent, écrasées sous le tronc.

Et l'Enfant des Clairières emmena 'Hurlement du Vent' à une rivière, où elle se lava de leur corruption, et soigna sa gorge écorchée. Et alors ils parlèrent.

L'Enfant des Clairières parla en premier, de doux mots. La honte colorait ses joues en rose : "Je suis désolé, je n'ai pas agit plus tôt », chuchota-t-il "Mais j'avais peur. Il y avaient tant d'eux et un seul moi».

'Hurlement du Vent' le regarda avec de la fureur dans les yeux, ses joues teintées de rouge par la Rage. "Six jours! » Sa voix tremblait, et la colère de Gaia s'écoula de sa bouche "Six jours, tu as attendu et regardé, et tu n'as rien fait. Six nuits, ils forcèrent des cauchemars dans mon esprit, et de cela, je ne serai jamais libérée. Et tu n'as rien fait. »

Un silence s'installa, Gaia saigna. Au bout d'un moment, l'Enfant des Clairières osa de nouveau la regarder, et répéta son doux chuchotement "Je suis tout seul, et je suis si petit...»

Encore plus de silence... 'Hurlement du Vent' combattit ses sentiments, ses doigts parcourant ses blessures à vif qu'elle garderaient dans toutes ses formes, les cicatrices qui parcouraient son visage, autrefois si beau, sa peau virant au rouge. L'Enfant des Clairières était petit, mais pas plus petit que 'Hurlement du Vent' ne l'avait été aux mains de ces monstres. A la fin, elle parla, et sa voix porta le chagrin et la douleur de Gaia. "Nous sommes tous petits aujourd'hui. Hier nous étions puissants. Aujourd'hui aucun sauf un, ne l'est resté, seul le Ver l'est. »

Et l'Enfant des Clairières se figea, car il n'avait pas réalisé que ces monstres appartenaient au Ver. 'Hurlement du Vent' avait regardé dans leurs yeux, et elle y avait vu la traitrise. Elle n'avait pas de doutes. "Quel est ton nom, Enfant des clairières ? »

Et l'Enfant des Clairières dit son nom. 'Hurlement du Vent' s'arrêta de parler et écouta, car son nom était magnifique.

Mais l'Enfant des Clairières pleurait aux paroles de 'Hurlement de Vent', et il lui demanda : "Alors c'est ce qui va arriver à l'avenir ? Serons-nous petits à jamais ? Hier j'ai donné naissance aux feuilles et aux fleurs, aujourd'hui, je suis stérile. Hier je nourrissais l'écureuil et l'oiseau à mon sein, aujourd'hui, je suis vidé. Hier je tenais la terre avec la force de la forêt, et aujourd'hui, je suis si faible. Est-ce que cela sera toujours ? Ne vais-je jamais retrouver ma force ? »

'Hurlement du Vent' écoutait les plaintes et compatit "Hier mes griffes étaient tout ce dont j'avais besoin. Elles étaient fortes et puissantes, et déchiraient les bêtes qui menaçaient la Mère. Mais aujourd'hui, elles sont petites et ne font pas plus que gratter les monstres qui se tiennent face à moi. Hier mes dents s'enfonçaient profondément, détruisant la peau et dévorant les bêtes qui menaçaient la Mère. Mais aujourd'hui, elles sont petites et ne font pas plus qu'irriter ceux qu'elle frappent. Hier j'étais défenseur de Gaia. Aujourd'hui, j'ai fait défaut à ma Mère. Et j'ai peur de ne plus jamais pouvoir la défendre. »

Le silence s'était installé sur la rivière. Même l'eau avait arrêté de bouillonner et de couler, afin de pouvoir écouter ces paroles pleines de chagrin.

'Hurlement de Vent' offrit sa voix aux cieux, et Luna brilla fort alors que ses larmes tombaient sur la terre en dessous. La sève s'écoulait des arbres comme du sang, mais aucun insecte n'osait la manger. Ceux qui écoutaient avec attention entendirent Gaia retenir sa respiration, alors que l'un de ses champions se tournait vers l'Enfant des Clairières. Bien que sa forme soit coupée, mêlant sang et cicatrices, elle tint sa tête et son corps fièrement, et tendit sa main "Le monde est plus faible aujourd'hui, et il pourrait l'être encore plus demain. Mais nous ne devons pas devenir faible nous aussi. Ta force est cachée par la traitrise du Ver, et la mienne est ridicule face à ses monstres. Mais viens à moi, et marche à mon côté, deviens mon épée. »

Cela fit trembler l'enfant des Clairières, car le pouvoir de ces mots lui faisait peur. Ils étaient neufs, et résonnaient avec le pouvoir que seules de rares choses possèdent. Mais il sonnait juste, il n'avait pas peur, et s'avança dans la rivière avec courage vers 'Hurlement du Vent'.

Alors 'Hurlement du Vent' le prit, et transforma l'Enfant des Clairières dans la forme d'une épée, utilisant les pierres que la rivière avait rendues vides comme fourreau. Alors elle chanta à nouveau à Luna, car les monstres n'avaient pas touché son cou et sa voix était toujours aussi pure qu'un chant d'oiseau qui accueille le matin. Une Lune vint au-dessus d'eux, et elle se fondit dans l'épée comme du feu, et 'Hurlement du Vent' les forgea en Argent. Et avec un rocher, elle affuta la lame, et avec ses griffes, elle grava la lame du nom de l'Enfant des Clairières. Et l'épée devint aussi belle que l'Enfant des Clairières, elle l'appela un Klaive.

Puis elle se leva de la rivière, et à nouveau devint un guerrier. Et là, armée avec le Premier Klaive, elle retourna vers la clairière où elle avait été torturée...

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard